Visuel header
Visuel header
Visuel header

LES INTERVENTIONS

Reconstruction mammaire par lambeau dorsal sans prendre le muscle (MSLD)

La reconstruction mammaire est un procédé chirurgical qui, après l’ablation d’un sein (totale ou partielle), restaure les contours d’un sein.
La reconstruction mammaire a pour objectif de reconstituer l’image corporelle. Plus le sein reconstruit est beau et naturel, plus l’intégration dans la nouvelle image corporelle se fait rapidement et facilement.

Si nécessaire, une plastie du sein controlatéral peut être effectuée pour obtenir une bonne symétrie finale associée à une éventuelle retouche du sein reconstruit.

MSLD signifie Muscle Sparing Latissimus Dorsi, se traduisant en français pas Lambeau Dorsal à Prélèvement Minimal. Cette technique représente l’évolution logique de la technique de reconstruction mammaire par la technique du grand dorsal.
Le muscle grand dorsal est le plus le plus grand de l’organisme. Lorsqu’il est sectionné, sa fonction est prise en charge par des muscles adjacents et finalement les séquelles liées à son prélèvement restent très modérées. Néanmoins, son prélèvement total est à réserver à des cas de reconstructions complexes.
Le MSLD, ou la version minimale du grand dorsal emporte une petite bande musculaire d’environ 3 cm. Plus de 90% du muscle est laissé en place intacte. De plus, le nerf permettant d’innerver le muscle restant est préservé, ce qui préserve la fonction de celui-ci. Cette technique est toujours associée à un lambeau d’avancement abdominal. Cela signifie que le volume du sein reconstruit sera progressivement acquis par les différentes séances d’injection de graisse (Lipofilling, fat grafting, lipomodelage).

On pourrait alors se poser la question suivante : Etant donné que la plus grande partie du volume du sein est fait de graisse de la patiente, pourquoi ne pas se passer du prélèvement minimal du grand dorsal ? En effet, dans certaines situations, nous ne faisons QUE des injections de graisse pour reconstruire le sein. Parfois, la qualité des tissus au niveau du sein amputé puis irradié n’est pas favorable et un support bien vascularisé est nécessaire pour préparer le terrain aux injections de graisses. C’est justement dans cette situation que la technique de MSLD est recommandée. De plus, dans les cas de reconstructions bilatérales des seins, que ça soit pour cancer ou à visée prophylactique, cette technique représente une technique de choix.
AVANT
APRÈS
AVANT
APRÈS
AVANT
APRÈS
');